Anatomie d'une mygale

 
Image hébergée par servimg.com
Les mygales forment le sous-ordre des Mygalomorphae, les araignées orthognathes (Orthognatha), ce qui signifie que la base des chélicères est dirigée vers l'avant.
Le sous-ordre compte actuellement 15 familles, 321 genres et 2 651 espèces1.
Mygalomorphae et Araneomorphae forment le groupe des Opisthothela
Comme toutes les araignées, les mygales sont des invertébrés disposant d'un exosquelette (ou squelette externe). Pour grandir, les mygales doivent donc muer.
Le corps d'une mygale est constitué d'un abdomen et d'un céphalothorax où viennent s'articuler la paire de pédipalpes et les 4 paires de pattes.
Céphalothorax et abdomen sont reliés par un étroit pédicule qui confère aux mygales une grande souplesse.

Le céphalothorax:
Alors que chez l'insecte la tête et le thorax sont deux parties distinctes, elles sont unies chez la mygale et forme le céphalothorax. Celui-ci est fortement chitinisé, ce qui lui confère sa rigidité.
A l'avant, le céphalothorax porte les 2 chélicères sur lesquelles viennent s'articuler les crochets. Il est à noter que l'orifice du canal à venin se trouve sur la face externe, légèrement avant l'extrémité terminale (tout comme chez bon nombre de serpents, et ce afin que celui-ci ne s'obstrue lors de ses manoeuvres).
Chez les mygales, les crochets sont articulés dans le sens de la longueur de l'araignée, particularité des orthognates, groupe auquel elles appartiennent (dite araignées primitives) en comparaison au groupe des labidognates qui sont des araignées plus évoluées dont les chélicères s'articulent l'une en face de l'autre, perpendiculairement à l'axe du corps.
Le céphalothorax porte les pièces buccales, la paire de pédipalpes ainsi que les 4 paires de pattes servant à la locomotion de l'animal.
Patte.gif (9854 octets) Les 4 paires de pattes (numérotées patte I à IV de l'avant vers l'arrière) sont composées de 7 segments: coxa (ou hanche), trochanter, fémur, patelle, tibia, métatarse et le tarse qui porte les griffes.
Pédipalpe.gif (5494 octets) Les pédipalpes comportent, eux, 6 segments (métatarse absent) et servent principalement à ce que l'on peut apparenter au toucher. A leur extrémité terminale, les mâles disposent de bulbes copulateurs, réservoirs spermatiques nécessaires à la reproduction.
Toujours chez les mâles, un crochet apophysaire (simple ou double) est souvent présent sur les pattes I. Leur rôle consiste à maintenir la femelle (et ses crochets en particulier) dans une position propice à l'accouplement.
Bien que les mygales aient une vision très faible, un groupe oculaire de 4 paires de petits yeux est présent à l'avant du couvercle du céphalothorax. Organisation interne:
Le céphalotorax renferme les systèmes nerveux, sensoriel et une partie de l'appareil digestif (production des sucs digestifs et acheminement de la nourriture prédigérée dans l'intestin antérieur).
Les glandes à venin se  trouvent dans les chélicères.
L'abdomen:
C'est la partie molle de l'araignée, ce qui permet à son volume de varier suivant ses repas. Organisation externe:
A son extrémité postérieure se trouvent les 2 paires de filières qui ont pour rôle la production de soie (dont les fonctions sont multiples): 1 paire de filières inférieures et 1 paire de filières supérieures.
Juste au-dessus de la base des filières supérieures apparaît l'orifice anal.
Sur la face inférieure de l'abdomen, on aperçoit les 4 orifices pulmonaires (4 paires de poumons chez la mygale, absence de trachée) et l'épigyne ou sillon épigastrique (orifice génital) entre les deux poumons antérieurs. Organisation interne:
L'abdomen renferme le système circulatoire de la mygale, les appareils reproducteur et respiratoire, les glandes séricigènes (production de la soie) et la continuité de l'appareil digestif (intestins moyen et postérieur)
La digestion des aliments se fait en deux temps. Le premier est externe : les aliments sont broyés, puis décomposés, partiellement ou totalement, par les sécrétions des pièces buccales et les sucs digestifs dont ils sont enduits. La bouillie ou le liquide obtenus sont ensuite aspirés, et la seconde phase de la digestion a lieu dans le tube digestif.


Dessins de Malik, extrait du « Guide des mygales » (Pierre Turbang, éd. Delachaux et Niestlé 1998)


Yeux
Le groupe oculaire de la mygale est composé de quatre paires d'yeux, d'une taille variable. Ces yeux sont rassemblés sur un petit tubercule dorsal, à l'avant du bouclier céphalothoracique. La mygale, n'ayant pas une bonne vision, utilise aussi de nombreuses soies sensibles aux vibrations et aux signaux chimiques pour la détection des proies et la reconnaissance du partenaire.
Anatomie de la femelle
Le cœur occupe la partie dorsale de l'abdomen et distribue le sang dans tout le système circulatoire. L'appareil respiratoire comporte deux paires de poumons, débouchant chacun à l'extérieur par une fente. Le système nerveux innerve les appendices et les organes. Le système digestif traverse tout le corps. L'ouverture de l'appareil génital, comportant ovaires, « utérus » et vagin, est située entre les fentes des poumons.
Crochets à venin
Chaque chélicère est constitué d'une tige épaisse sur laquelle s'articule un crochet qui se rabat dans une gouttière de la tige. La mobilité de celle-ci permet d'accroître les capacités d'ouverture des chélicères. La contraction de la gaine musculaire qui entoure les glandes venimeuses, à la base des chélicères, permet l'expulsion du venin, par un canal qui se trouve à l'intérieur du crochet.
L'ouïe
Les mygales n'ont aucun appareil auditif, elles sont sourdes mais très sensibles aux vibrations qu’elles perçoivent grâce aux poils présents sur leur exosquelette (ou trichobotries) et également par les réseaux de fils de soies qu’elles tissent aux abords de leurs terriers.
La vue
Les mygales sont quasiment aveugles. Les ocelles présentes au niveau de l’aire oculaire n’ont pour principale fonction que de faire la différence entre le jour et la nuit.
L'odorat
Sens
très peu étudié chez les téraphosidae, il ne semble pas être d’une grande importance dans l’activité trophique des animaux. Il est néanmoins présent car il permet notamment au mâle, lors de la reproduction, de capter les phéromones émises par la femelle prête à l’accouplement.
La mue
Quand une mygale grandit, elle est obligée de se séparer de son ancien exosquelette rigide. Au fur et à mesure que la mygale s’approche de sa futur mue, il est possible d’observer des signes avant coureur (changement de coloration de l’exosquelette (très progressif), noircissement au niveau des partie de l’abdomen ayant été dénudées suite à des bombardements, sortie de la partie basale des chélicère, consommation plus importante d’eau, baisse de l’appétit, activité plus réduite).
Pendant la mue il faut principalement augmenter l'humidité du terrarium et laisser la mygale tranquille.

longévité
La longévité d'une mygale et en fonction du sexe et de l'espèce de 5 a 30 ans. Les mâle en générale ne vive que 5 ans et meurent peu de temps apres avoir atteind leur maturité sexuelle. Les femelle font preuve d'une longévité record de 20 à 30 ans.

Les mygales forment le sous-ordre des Mygalomorphae, les araignées orthognathes (Orthognatha), ce qui signifie que la base des chélicères est dirigée vers l'avant.
Le sous-ordre compte actuellement 15 familles, 321 genres et 2 651 espèces1.
Mygalomorphae et Araneomorphae forment le groupe des Opisthothela
Comme toutes les araignées, les mygales sont des invertébrés disposant d'un exosquelette (ou squelette externe). Pour grandir, les mygales doivent donc muer.
Le corps d'une mygale est constitué d'un abdomen et d'un céphalothorax où viennent s'articuler la paire de pédipalpes et les 4 paires de pattes.
Céphalothorax et abdomen sont reliés par un étroit pédicule qui confère aux mygales une grande souplesse.

Le céphalothorax:
Alors que chez l'insecte la tête et le thorax sont deux parties distinctes, elles sont unies chez la mygale et forme le céphalothorax. Celui-ci est fortement chitinisé, ce qui lui confère sa rigidité.
A l'avant, le céphalothorax porte les 2 chélicères sur lesquelles viennent s'articuler les crochets. Il est à noter que l'orifice du canal à venin se trouve sur la face externe, légèrement avant l'extrémité terminale (tout comme chez bon nombre de serpents, et ce afin que celui-ci ne s'obstrue lors de ses manoeuvres).
Chez les mygales, les crochets sont articulés dans le sens de la longueur de l'araignée, particularité des orthognates, groupe auquel elles appartiennent (dite araignées primitives) en comparaison au groupe des labidognates qui sont des araignées plus évoluées dont les chélicères s'articulent l'une en face de l'autre, perpendiculairement à l'axe du corps.
Le céphalothorax porte les pièces buccales, la paire de pédipalpes ainsi que les 4 paires de pattes servant à la locomotion de l'animal.
Patte.gif (9854 octets) Les 4 paires de pattes (numérotées patte I à IV de l'avant vers l'arrière) sont composées de 7 segments: coxa (ou hanche), trochanter, fémur, patelle, tibia, métatarse et le tarse qui porte les griffes.
Pédipalpe.gif (5494 octets) Les pédipalpes comportent, eux, 6 segments (métatarse absent) et servent principalement à ce que l'on peut apparenter au toucher. A leur extrémité terminale, les mâles disposent de bulbes copulateurs, réservoirs spermatiques nécessaires à la reproduction.
Toujours chez les mâles, un crochet apophysaire (simple ou double) est souvent présent sur les pattes I. Leur rôle consiste à maintenir la femelle (et ses crochets en particulier) dans une position propice à l'accouplement.
Bien que les mygales aient une vision très faible, un groupe oculaire de 4 paires de petits yeux est présent à l'avant du couvercle du céphalothorax. Organisation interne:
Le céphalotorax renferme les systèmes nerveux, sensoriel et une partie de l'appareil digestif (production des sucs digestifs et acheminement de la nourriture prédigérée dans l'intestin antérieur).
Les glandes à venin se  trouvent dans les chélicères.
L'abdomen:
C'est la partie molle de l'araignée, ce qui permet à son volume de varier suivant ses repas. Organisation externe:
A son extrémité postérieure se trouvent les 2 paires de filières qui ont pour rôle la production de soie (dont les fonctions sont multiples): 1 paire de filières inférieures et 1 paire de filières supérieures.
Juste au-dessus de la base des filières supérieures apparaît l'orifice anal.
Sur la face inférieure de l'abdomen, on aperçoit les 4 orifices pulmonaires (4 paires de poumons chez la mygale, absence de trachée) et l'épigyne ou sillon épigastrique (orifice génital) entre les deux poumons antérieurs. Organisation interne:
L'abdomen renferme le système circulatoire de la mygale, les appareils reproducteur et respiratoire, les glandes séricigènes (production de la soie) et la continuité de l'appareil digestif (intestins moyen et postérieur)
La digestion des aliments se fait en deux temps. Le premier est externe : les aliments sont broyés, puis décomposés, partiellement ou totalement, par les sécrétions des pièces buccales et les sucs digestifs dont ils sont enduits. La bouillie ou le liquide obtenus sont ensuite aspirés, et la seconde phase de la digestion a lieu dans le tube digestif.


Dessins de Malik, extrait du « Guide des mygales » (Pierre Turbang, éd. Delachaux et Niestlé 1998)


Yeux
Le groupe oculaire de la mygale est composé de quatre paires d'yeux, d'une taille variable. Ces yeux sont rassemblés sur un petit tubercule dorsal, à l'avant du bouclier céphalothoracique. La mygale, n'ayant pas une bonne vision, utilise aussi de nombreuses soies sensibles aux vibrations et aux signaux chimiques pour la détection des proies et la reconnaissance du partenaire.
Anatomie de la femelle
Le cœur occupe la partie dorsale de l'abdomen et distribue le sang dans tout le système circulatoire. L'appareil respiratoire comporte deux paires de poumons, débouchant chacun à l'extérieur par une fente. Le système nerveux innerve les appendices et les organes. Le système digestif traverse tout le corps. L'ouverture de l'appareil génital, comportant ovaires, « utérus » et vagin, est située entre les fentes des poumons.
Crochets à venin
Chaque chélicère est constitué d'une tige épaisse sur laquelle s'articule un crochet qui se rabat dans une gouttière de la tige. La mobilité de celle-ci permet d'accroître les capacités d'ouverture des chélicères. La contraction de la gaine musculaire qui entoure les glandes venimeuses, à la base des chélicères, permet l'expulsion du venin, par un canal qui se trouve à l'intérieur du crochet.
L'ouïe
Les mygales n'ont aucun appareil auditif, elles sont sourdes mais très sensibles aux vibrations qu’elles perçoivent grâce aux poils présents sur leur exosquelette (ou trichobotries) et également par les réseaux de fils de soies qu’elles tissent aux abords de leurs terriers.
La vue
Les mygales sont quasiment aveugles. Les ocelles présentes au niveau de l’aire oculaire n’ont pour principale fonction que de faire la différence entre le jour et la nuit.
L'odorat
Sens
très peu étudié chez les téraphosidae, il ne semble pas être d’une grande importance dans l’activité trophique des animaux. Il est néanmoins présent car il permet notamment au mâle, lors de la reproduction, de capter les phéromones émises par la femelle prête à l’accouplement.
La mue
Quand une mygale grandit, elle est obligée de se séparer de son ancien exosquelette rigide. Au fur et à mesure que la mygale s’approche de sa futur mue, il est possible d’observer des signes avant coureur (changement de coloration de l’exosquelette (très progressif), noircissement au niveau des partie de l’abdomen ayant été dénudées suite à des bombardements, sortie de la partie basale des chélicère, consommation plus importante d’eau, baisse de l’appétit, activité plus réduite).
Pendant la mue il faut principalement augmenter l'humidité du terrarium et laisser la mygale tranquille.

longévité
La longévité d'une mygale et en fonction du sexe et de l'espèce de 5 a 30 ans. Les mâle en générale ne vive que 5 ans et meurent peu de temps apres avoir atteind leur maturité sexuelle. Les femelle font preuve d'une longévité record de 20 à 30 ans.

 
 
Source Alyssa
×