Parasites chez les ophidiens (tiques et acariens)


Très présentes sur le Python regius -issu de fermes d'élevage où ces grands acariens font légion-, sans pouvoir pathogène propre, les tiques restent cependant vectrices de maladies infectieuses .

Il convient donc de les repérer, puis de les retirer toutes, délicatement -rostre compris-, en les endormant éventuellement à l'Ether.

Ces petites bêtes ont parfois l'étrange faculté de se nicher en des endroits inattendus; fossettes nasales, pourtour d'une membrane cornéenne, cloaque...etc.



fossettes nasales





pourtour membrane cornéenne









Autres photos

















Ophionyssus natricis !

Sans pouvoir pathogène propre, ces acariens -0,75 à 1,5mm.- restent potentiellement vecteurs de maladies infectieuses.

Leur présence entraîne souvent une anorexie puis apathie de l'animal entravant son développement.

Présents en grand nombre (alors létaux), ils affaibliront considérablement un jeune individu.

Il est urgent de déparasiter leur hôte et d'aseptiser les vivarium et éléments de décors. Attention, facilement véhiculés, ces petits indésirables sont aptes à coloniser nombre de terrariums -avoisinant ou non-!









Source J.Jacques Peres

×