Dysecdysis

Dysecdysis ...

Très souvent liés à une hygrométrie trop faible, les problèmes de mue -persistante- peuvent également être symptomatiques de la présence de parasites externes...

La phase de séparation des tissus sous-jacents, déjà kératinisés et de l'exuvie se prolonge anormalement; la mue se craquelle alors.

Au contact de l'air, les tissus sous-jacents s'assèchent, provoquant une adhérence avec l'exuvie; la phase de mue ne s'opérera donc pas idéalement, ne laissant se détacher la peau que par lambeaux...

Il convient de vérifier si les membranes cornéennes sont totalement libérées de l'éxuvie et de donner éventuellement un ou des bains d'eau tiède à l'animal en frottant délicatement, afin de le débarrasser de toute trace de mue.













Liés à une hygrométrie trop importante, les problèmes de mue -persistante- peuvent entraîner de larges lésions cutanées; retenues par l'accumulation successive de mues et rendues vulnérables par trop d'humidité, les écailles se détachent par lambeaux au moindre frottement.



La peau interstitielle apparaît alors sans plus de pigmentation ni aucune protection.



La phase de séparation des tissus sous-jacents, déjà kératinisés et de l'exuvie se prolonge anormalement; la mue se craquelle alors, laissant sourdre de la lymphe.

Au contact de l'air chargé d'humidité, le liquide lymphatique s'écoule et tarde à s'assécher, provoquant une altération de la peau interstitielle; la phase de mue ne s'opérera donc pas idéalement, ne laissant se détacher la peau que par lambeaux fragilisant alors les écailles et privant l'animal de toute protection épidermique...



Il convient bien évidement de rétablir un taux d'hygrométrie propice au serpent -dans un environnement sain-, en prenant garde de ne laisser aucun élément de décor sur lequel il serait susceptible d'aggraver ses blessures et de traiter localement toutes les zones lésées.

Autres photos











Source J.Jacques Peres

×