Pristobrycon calmoni

Dusky Palometa

P. calmoni Steindachner, 1908

Pristobrycon calmoni: Brazil, Santarém , Pará

 

Historiquement , cette espèce est le problème par lui-même , Carl H. Eigenmann a érigé le genre Pristobrycon utilisant cette espèce comme P. calmoni il a dents ectoptérygoïde et une colonne vertébrale préanale ( il en va de P. aureus ) .

Cette fonctionnalité est absente chez P. striolatus, P. careospinus et P. maculipinnis . Ce problème a créé une situation où ces trois dernières espèces peuvent être placés dans un nouveau rang générique comme suggéré par Freeman et al (2007 ) .

L'affirmation est fondée sur des preuves d'ADN recueillies , mais n'est toujours pas assez sur pour résister à l'épreuve d'un nouveau nom de genre .

Actuellement P. calmoniest limité au Venezuela , mais Jégu dans ses citations a décrit aussi le Brésil .

Il existe en effet des formes similaires qui apparaissent au Pérou . Mais il reste incertain si ces espèces sont en effet P. calmoniou une autre forme .

 

Ses espèces se trouvent généralement dans des zones connues pour être calmes (lacs et poches d'eau ) .

Les juvéniles se trouvent principalement dans la végétation lourde , tandis que les adultes se trouvent dans de petits canaux Rio Cuyuni - Essequibo .

Leurs habitudes alimentaires sont variables ontogénétiquement et fixe . Les juvéniles consomment généralement des micro- crustacés, des insectes et parfois de petites graines .

Les adultes sont des prédateurs principalement pendant l'été , puis consomme des fruits et des graines pendant la saison des pluies, lorsque la forêt est inondée.

C'est une espèce d'eau claire où il est sympatrique avec P. cariba et S. rhombeus.

La région subit aussi une période de saison sèche d' Octobre à Mars .

La saison des pluies s'étend d' Avril  à Septembre . 

Les juvéniles ont un corps argent lumineux et peuvent avoir les nageoires anales rouge , orange , jaune avec une bordure noire .

Il ya une petite tache humérale ovale derrière l' opercule , les nageoire pelviennes sont hyalines .

La nageoire caudale a une bande noire terminal ou tout simplement un «V» noir .

L'espèce se trouve principalement au Venezuela , cependant, certains échantillons ont été trouvés dans d'autres localités .

 

Pygocentrus calmoni , à été décrit par Steindachner (1908 ) , comme un Pygocentrus  il a été affecté en tant que type du genre Pristobrycon par Eigenmann (1915 ) .

Les caractéristiques de l'espèce la placer à l'extérieur du clade reconnu comme Pygocentrus . Le type est perdu . ( FINK , 1993) .
 
Pygocentrus bilineatus , décrit comme un Pygocentrus de la rivière Aruka en Guyane par Eigenmann (1909 ) , a été mis en synonymie de Pristobrycon calmoni par lui en 1915 . Types de CAS et FMNH examinés ( FINK , 1993) . En tant que type du genre Pristobrycon par Eigenmann (1915 ) .

 
Les caractéristiques de l'espèce la placer à l'extérieur du clade reconnu comme Pygocentrus . Le type est perdu . ( FINK , 1993) .
Pygocentrus bilineatus , décrit comme un Pygocentrus de la rivière Aruka de la Guyane par Eigenmann (1909 ) , a été mis en synonymie de Pristobrycon calmoni par lui en 1915 . Types de CAS et FMNH examinés ( FINK , 1993) .
 

Synonymes :

  • Pygocentrus bilineatus  Eigenmann,    1909, Ann Carn. Mus. VI:47

  • Serrasalmus coccogenys  Fowler,    1911, Proc. Acad. Nat. Sci. Phil. LXIII: 428.

Les noms historiques appliquées :

Serrasalmo (Pygocentrus) calmoni  Steindachner 1908, Anz K. Ahad. Wiss. Wien: 361.
Serrasalmus calmoni  Norman 1929, Proc. Zool. Soc. Londres: 796.
Pygopristis gibbosus Starks, 1913, poissons. Stanf. Ich. Exp. Brésil, P. 17, lam iii.

 

 

Reproduction

Cette espèce a été signalé avoir donné naissance à l'Aquarium à Gruga (ESSEN), Allemagne (Schulte, 1988) .. Cependant, Il est mon avis que cette identification de l'espèce aurait pu être mal identifié et serait plus probablement un S. nigricans (S. nigricans est considéré comme un synonyme de S.spilopleura, Fink, 1993).

Aquarium

Pour les aquariophiles c'est une espèce non vu dans le commerce. Aucune information si l'on peut maintenir en tant que groupe, cette espèce est considérée comme rare. Il sera donc proposé, si les espèces deviennent disponibles, qu'ils soient conservés solitaire et non en groupe. Il est plus probable que l'espèce est un mordeur fin.

Taille maximale

15,0 cm

Distribution 

Brésil, Venezuela

Fleuves

Amazon, Orénoque, Tocantins.

Références

  • Machado-Allison,  Antonio., Fink, William., 1996 Los Peces Caribes de Venezuela, Diagnosis,  Claves, Aspectos Ecologicos Y Evolutivos. 

  • Schulte,  Wolfgang., Piranhas in the Aquarium, TFH Publications Inc. NJ pg. 87.

  • Fowler,  H.W., Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia.  Publishing date 7/27/1911, Fowler, H.W. . 1911 Proc. Acad. Nat. Sci. Phila..  63:419-437. 

  • Eigenmann,  C. H.   1909 (17 Aug.) Reports on the expedition to British Guiana  of the Indiana University and the Carnegie Museum, 1908. Report no. 1. Some  new genera and species of fishes from British Guiana. Ann. Carnegie Mus. v. 6  (no. 1): 4-54

  • Henn,  A. W.   1928 (Sept.) List of types of fishes in the collection of  the Carnegie Museum on September 1, 1928. Ann. Carnegie Mus. v. 19 (art. 4):  51-99.

  • Ibarra,  M. and D. J. Stewart   1987 (30 Sept.) Catalogue of type specimens  of Recent fishes in Field Museum of Natural History. Fieldiana Zool. (N. S.)  No. 35: 1-112.

  • Steindachner,  F.   1908 Über sechs neue Serrasalmo- und Myletes-Arten  aus Südamerika. Anz. Akad. Wiss. Wien v. 45 (no. 18): 359-367.

  • Fink,  W. L.   1993 (18 Aug.) Revision of the piranha genus Pygocentrus  (Teleostei, Characiformes). Copeia 1993 (no. 3): 665-687.

  • Peixes  Comerciais do Médio Amazonas: Região de Santarém, Pará, 1999, Fishbase

  • Jégu,  Michel (1988), Le Genre Serrasalmus (Pisces, Serrasalmidae) dans le bas  Tocantins (Brésil, Pará), S. geri, du bassin Araguaia-Tocantins.

  • Jégu,  M. and G. M. dos Santos  2001 Mise au point à propos de Serrasalmus  spilopleura Kner, 1858 et réhabilitation de S. maculatus Kner,  1858 -- Valid as Pristobrycon eigenmanni (Norman 1929) (Characidae:  Serrasalminae). Cybium v. 25 (no. 2): 119-143.

  • Freeman,  B., Nico, L. G., Ostentoski, M. Jelks, H. J. & Collins, T. M. 2007.  Molecular systemics of Serrasalmidae: Deciphering the identities of piranha  speceis and unraveling their evoluntionary histories. Zootaxa 1484: 1-38.

Source : OPEFE