Filtre semi humide

Image hébergée par servimg.com 

Image hébergée par servimg.com

 

Cette technique très largement répandue depuis de nombreuses années, utilise la grande efficacité de nitrification des masses filtrantes à l'air libre sur lesquelles ruisselle l'eau venant du bac.

L'eau de l'aquarium provenant d'un trop plein ou d'un déversoir, se déverse dans un réservoir sous l'aquarium en traversant des masses filtrantes à l'air libre (sable de corail ou mousse synthétique) sur lesquelles les bactéries aérobies de la nitrification prolifèrent et transforment avec une bien plus grande efficacité l'ammoniaque et les ions ammonium en nitrites puis nitrates.
L'eau est également très bien oxygénée grâce à la très grande surface de contact air/eau sur les masses filtrantes.

Un préfiltre mécanique souvent nettoyé ainsi qu'un écumeur efficace permettent de retirer de l'eau les particules en suspension ainsi que des protéines, acides aminés, carbohydrates et lipides avant leur transformation.

Notons également que l'écumeur contribue également à l'élimination directe des phosphates et aux échanges gazeux.
Différentes masses filtrantes peuvent être utilisées comme les mousses synthétiques, les bioballes en plastiques ainsi que le sable de corail.

Le paramètre critique du système est le rapport de la surface utile de fixation des bactéries sur le volume d'espace vide.

Il faut absolument éviter un colmatage des masses filtrantes et favoriser la circulation des gaz dans celles-ci.

Un rapport surface utile/espace vide élevé ira dans le sens d'une quantité de bactéries maximale et donc d'une nitrification maximale si l'oxygène est suffisamment disponible. En revanche si le rapport est vraiment trop élevé le risque de colmatage existe et les échanges gazeux seront moins importants. Un rapport surface utile/espace vide faible permettra de bons échanges gazeux mais si la surface utile est vraiment trop faible la quantité de bactéries sera trop peu importante pour subvenir au processus de nitrification complet (cela dépend de la biomasse de votre aquarium).

Le meilleur substrat aura la plus grande surface possible et le plus grand espace vide possible. Le sable de corail de granulométrie assez élevée (5 mm à 1 cm) ne se colmate pas, est très poreux (donc surface élevée) et présente l'avantage supplémentaire par rapport aux matériaux synthétiques inertes de tamponner l'eau en relarguant des bicarbonates ainsi que du calcium et du strontium qui vont remplacés une partie des ions absorbés par les invertébrés.

Un tel système de filtration est excellent dans un bac de poissons mais inutile voir dangereux dans un bac récifal. Inutile car dans le bac récifal les pierres vivantes ainsi que le sable du bac principal suffisent à assurer à la fois les processus de nitrification et dénitrification. Dangereux parce que dans un tel système, la nitrification est tellement rapide que les déchets sont immédiatement transformés avant même que l'écumeur n'ai le temps de réagir. Cela a pour conséquence un accumulation des nitrates qui dépasse très rapidement la capacité de dénitrification du bac.

Un bac récifal moderne ne comporte plus de masses filtrantes autres que les pierres vivantes et le sable de corail du fond du bac !

 Source

Source photos

 Dams aquarium & nature

 

 

×